Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
La route se modernise

Contournement Est de Roissy

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 décembre 2019

Le projet routier de Contournement Est de Roissy – déclaré d’utilité publique en 2003 – connaîtra à partir de fin 2019 et jusqu’à fin 2023 une phase de travaux accrue. Cette opération est menée par la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement d’Île-de-France (DRIEA-IF), en lien avec ses partenaires : la région Île-de-France, les départements du Val d’Oise et de la Seine-et-Marne, la communauté d’agglomération Roissy Pays de France et le groupe ADP.

Un projet qui contribue à faciliter le trafic de transit, les échanges locaux et l’accès à la zone aéroportuaire

Le projet du Contournement Est de Roissy consiste à créer une autoroute à 2x2 voies entre l’autoroute A1 et la route nationale N2 ainsi qu’une route départementale à 2 voies pour garantir les dessertes locales. Il comprend notamment la création de trois échangeurs : l’un, en partie réalisé, pour garantir la liaison avec l’A1, un deuxième au niveau du Mesnil-Amelot afin d’assurer les échanges entre le réseau national et le réseau départemental, et un troisième pour améliorer l’accès à l’aéroport par l’Est. Dans le cadre de ce projet, une attention particulière sera apportée à la création et au maintien d’espaces favorables à la biodiversité abritant notamment des espèces protégées.

Les objectifs du projet

Les objectifs poursuivis par le projet sont :

  • Assurer la continuité de la Francilienne ;
  • Favoriser le développement économique du territoire ;
  • Améliorer l’accès à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Renforcer l’accessibilité et l’attractivité du territoire

Les conditions de circulation dans le nord-est francilien et plus particulièrement autour de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle ne facilitent pas l’attractivité du territoire et sa desserte locale. En effet, l’absence d’une liaison autoroutière entre la RN2 et l’A1 conduit les usagers de la route à emprunter l’A1, la RN2, le réseau départemental et la RN1104 non dimensionnés à cet effet.

La mise à 2x2 voies de la RN1104 entre la RN2 et l’A1 répond à la forte demande de déplacements dans ce secteur. Elle vise à la fois à boucler la Francilienne entre l’A1 et la RN2 permettant ainsi des liaisons plus faciles entre les pôles de développement, à séparer les flux pour améliorer la desserte locale et à fluidifier l’accès Est de l’aéroport. Elle a également pour objectif de répondre à l’ambition économique du territoire.

Deux étapes sont déjà franchies avec la mise en service en 2014 d’une liaison en 2x2 voies entre l’échangeur de Compans sur la N2 et l’échangeur d’accès par l’Est à l’aéroport, ainsi que l’ouverture de la bretelle direction Cergy pour les usagers venant de Paris par l’autoroute A1 en 2016. Par ailleurs, depuis octobre 2018, la construction d’un ouvrage d’art qui permettra à la future section autoroutière de franchir les voies SNCF est en cours.

Les aménagements prévus

Le projet consiste en la construction de :

  • 9 km d’autoroute ;
  • 7 km de route départementale ;
  • 8 ouvrages d’art ;
  • 3 échangeurs permettant : la connexion par l’Est à l’aéroport, la jonction avec la commune du Mesnil-Amelot et l’échangeur A1/A104.

La mise en œuvre du projet

  • Les acteurs

L’État, par l’intermédiaire de la DRIEA-IF, est maître d’ouvrage de l’opération de Contournement Est de Roissy. La région Île-de-France, les départements de Seine-et-Marne et du Val d’Oise, la communauté d’agglomération de Roissy Pays de France et le groupe Aéroport de Paris sont partenaires du projet.

  • Le montant et le financement

* Le Contrat de Plan État-Région (CPER) est le document par lequel l’État et la région s’engagent sur la programmation et le financement pluriannuel de projets importants tels que la création d’infrastructures.

  • Le calendrier prévisionnel

Fin 2019, les premiers travaux préparatoires seront lancés, ils consisteront notamment en le décapage et le défrichement de certaines emprises nécessaires à la réalisation des travaux. Des mesures de précautions en matière de protection de la biodiversité sont actuellement mises en place sous le contrôle d’un écologue.

Un projet pensé pour limiter son impact sur l’environnement, les habitants et les usagers

Le projet prévoit une attention toute particulière pour impacter au minimum le cadre de vie des habitants et les besoins en déplacement des usagers du réseau routier. Pour cela, tout au long du chantier, la circulation sera organisée de manière alternée entre la nouvelle route départementale et la nouvelle autoroute afin de garantir la continuité des déplacements. Concernant les phases les plus gênantes pour la circulation, les travaux de nuit seront privilégiés. Afin de réduire le plus possible l’impact sonore et visuel pour Les riverains, un cahier des charges prescriptif sera imposé aux entreprises de travaux (mesures acoustiques, mode d’approvisionnement, gestion des déchets, etc.). Enfin, le projet et les travaux sont conçus de manière à éviter et réduire au maximum leur impact sur l’environnement, ou en dernier lieu à compenser ces impacts afin de maintenir sur le territoire des milieux favorables à la biodiversité. Un coordinateur environnemental s’assurera de la bonne intégration des actions de protection de l’environnement tout au long des travaux. L’État s’engage en outre à travers des mesures concrètes à reconstituer une zone humide, à maintenir des espaces abritant des espèces protégées et à recréer des zones et des aménagements paysagers favorables au développement de la biodiversité en général.