Logo préfècture région
  DiRIF
Direction des routes Île-de-France

Pilotage de la sécurité

publié le 11 mai 2015

L’incendie est le risque principal dans les tunnels. Pour que la sécurité y soit pleinement assurée, il faut pouvoir intervenir le plus rapidement possible.

La surveillance doit être permanente, 24h sur 24. En cas de problème, une personne doit pouvoir prendre en un minimum de temps les décisions qui s’imposent, en appréciant la gravité de la situation. C’est le rôle de l’opérateur de sécurité trafic (OST) depuis le poste de contrôle (PC) de sécurité

4 PC de sécurité

La sécurité des 22 tunnels d’Ile-de-France est aujourd’hui pilotée par 4 PC de sécurité, qui se répartissent la gestion des tunnels. Chaque PC gère ainsi la sécurité de plusieurs tunnels à la fois.
La mission de l’opérateur de sécurité trafic (OST)
Dans le PC, l’opérateur de sécurité trafic a pour mission de surveiller l’ensemble des données qui lui parviennent sur ses ordinateurs de Gestion Technique Centralisée (GTC) : images vidéo, niveaux de pollution, défauts éclairage, etc. Lorsqu’un évènement anormal se présente, c’est à l’opérateur d’évaluer si cela pose un problème de sécurité. Il a également pour mission, en cas de problème grave avéré, de fermer le tunnel, d’actionner la ventilation de désenfumage après avoir localisé l’incendie et de déclencher le dispositif d’évacuation s’il le juge nécessaire. Dans le même temps, il donne l’alerte aux services de secours.

22 tunnels, 4 postes de contrôle, seulement 4 écrans par opérateur : le pilotage de la sécurité est rationalisé au maximum pour simplifier la surveillance des tunnels.

Un système intelligent d’aide à l’exploitation

Aujourd’hui, l’opérateur a à sa disposition des informations essentiellement techniques : défaut d’éclairage, une porte qui s’ouvre, dysfonctionnement des dispositifs de ventilation… Or, elles ne permettent pas toujours d’évaluer rapidement avec précision la gravité d’un incident. Un nouveau système de pilotage de la sécurité sera mis en place pour l’ensemble des tunnels. Il repose sur un système d’aide à l’exploitation, spécialement développé pour la Direction Interdépartementale des routes d’Ile-de-France, qui répond à une approche non plus technique mais « évènementielle ». Cela signifie qu’il a pour fonction de fédérer différentes alarmes remontant du tunnel (par exemple, le début d’un incendie localisé par le système de détection automatique associé à l’ouverture d’une porte de secours), présumant ainsi un évènement alarmant. Une fois que l’opérateur validera l’alarme en qualifiant l’évènement (avec la vidéo par exemple), le système lui proposera un plan d’action : ventilation, fermeture, évacuation…

Un rôle de filtre pour être plus efficace

Le système d’aide à l’exploitation permettra à l’OST de filtrer les évènements qui posent un réel problème de sécurité, au détriment des autres, susceptibles de « parasiter » son travail. Les problèmes techniques secondaires sont directement gérés par le « technicien de diagnostic maintenance » spécialisé dans la gestion technique des équipements.

Un système centralisé

Aujourd’hui, dans chaque PC de sécurité, l’opérateur gère simultanément autant de systèmes de pilotage qu’il y a de tunnels à surveiller et donc une multitude d’écrans de contrôle. Le nouveau dispositif sera uniformisé et homogénéisé : chaque opérateur ne pilotera plus qu’un seul système centralisé pour l’ensemble des tunnels qu’il aura à gérer. Il aura devant lui un nombre limité d’écrans spécialisés : un écran pour la détection d’évènements (pour l’ensemble des tunnels), un écran synoptique pour repérer le lieu des évènements et un écran diffusant les images vidéo.