Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
La modernisation du réseau
 

Viaduc de Saint-Cloud

 
 

LE VIADUC DE SAINT-CLOUD FAIT PEAU NEUVE ET S’HABILLE DE PROTECTIONS ACOUSTIQUES

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 novembre 2012 (modifié le 5 avril 2013)

Le viaduc de Saint-Cloud a été construit entre 1972 et 1974. Long de 1100 m dont 529 m au dessus de la Seine, il permet de relier l’autoroute A13 au boulevard périphérique de Paris.

UN PEU D’HISTOIRE

En 1993, le viaduc de Saint-Cloud est répertorié comme « point noir bruit » : la décision est prise de poser des écrans de protection acoustique. Un projet est mis au point avec l’architecte Spielmann qui avait dessiné le viaduc.

Le projet est soumis à enquête publique s’est déroulée entre le 5 décembre 1994 et le 14 janvier 1995. Elle s’est conclue par un avis favorable du commissaire enquêteur sur la solution projetée.

Parallèlement , une dégradation d’éléments essentiels pour garantir la pérennité à long terme du viaduc est constatée en 1998 : certains des câbles métalliques de précontrainte, entrant dans la constitution de l’ouvrage, doivent être remplacés.

Définir les modalités de réparation et de fixation durable des écrans acoustiques constitue un véritable défi technique qui mobilise de nombreux experts pour étudier la nature et le phasage dans le temps des travaux de réparation et de modernisation. D’autant que les travaux doivent se dérouler sans fermer le viaduc à la circulation.

De 2005 à 2009, 96 câbles métalliques de précontrainte sont remplacés.

UNE PROTECTION ACOUSTIQUE ADAPTÉE A LA COMPLEXITÉ DE L’OUVRAGE

Ces premières réparations essentielles permettent d’engager la définition détaillée des protections acoustiques pour leur réalisation. Elles doivent répondre aux objectifs fixés dans le projet soumis à l’enquête (réduction des nuisances sonores et intégration environnementale) et se plier aux contraintes structurelles de l’ouvrage.

Conformément au projet soumis à enquête, la hauteur des écrans est fixée à 2 m sur 790 m le long de la commune de Saint-Cloud, en bord du sens Paris-province, où les constructions sont le plus proches, et à 1 m partout ailleurs.

Dans l’optique d’insérer le projet dans son environnement, le projet propose des écrans transparents, pour préserver la ligne architecturale élancée du viaduc.

Les contraintes structurelles complexes du viaduc imposent la limitation du poids supplémentaire et de l’emprise au vent des écrans. L’ensemble des nouveaux équipements mis en place ne doit donc pas apporter de charges supplémentaires par rapport aux corniches en béton existantes qui sont déposées.

FINALISER LA RÉPARATION DU VIADUC

D’autres réparations vont être menées en parallèle de la pose d’écrans, pour garantir la pérennité de l’ouvrage sur le long terme :

  • 10000 m² de parements en béton altérés par les traitements de déverglaçage vont être réparés et recevoir une protection pour améliorer leur durée de vie ;
  • le système de collecte des eaux pluviales va être amélioré pour garantir l’acheminement vers les dispositifs de traitement à revoir ultérieurement afin d’obtenir des rejets plus conformes aux normes qui ont évolué depuis la construction du viaduc ;
  • la ligne unique d’éclairage le long du sens Paris-province va être remplacée par 2 lignes de candélabres de moindre hauteur (8m) compte tenu des contraintes structurelles du viaduc et e l’encombrement des écrans.

LE TEMPS DES TRAVAUX

Les travaux ont débuté en novembre 2012 pour une durée de 3 ans.

Pour la sécurité des usagers et des intervenants, compte tenu du niveau de trafic sur cette section interdisant la fermeture totale à la circulation du viaduc, les travaux se déroulent essentiellement de nuit, avec la neutralisation d’une voie par sens.

Toutes les précautions sont prises pour minimiser les nuisances sonores liées les travaux. Pour autant, les neutraliser complètement n’est pas possible : une gêne ponctuelle pour certains secteurs est possible.

Les travaux débutent par le secteur en surplomb de la Seine, dans le sens province-Paris, afin de maintenir en permanence l’éclairage du viaduc, nécessaire pour garantir la sécurité des usagers de nuit, sur cette section encadrée par deux tunnels. Menés par section, les travaux de réparation précèderont la pose des écrans et du nouvel éclairage.
Après la fin de la dépose des corniches dans le sens province-paris en respect avec le planning prévu, le mois de mars 2013 a été marqué par le début de la phase de réparation des parements, pour une durée de 8 mois.

Pour certaines phases de travaux, des places de stationnement situées sous le viaduc pourront être neutralisées.